« Tribunal musical », proposition d’activité pour comparer plusieurs oeuvres

exchange-of-ideas-222788_960_720Voilà une proposition de modalité d’animation de cours d’éducation musicale permettant de travailler l’argumentation et d’amener les élèves à comparer plusieurs versions d’une même oeuvre, ou plusieurs oeuvres ayant un lien entre elles : le « Tribunal musical ».
Pour nous autres professeurs d’éducation musicale, c’est une activité qui permet d’entraîner chez les élèves deux compétences principales de notre nouveau programme : « Ecouter/Analyser » et « Argument/Débattre ».
Bon, certes « tribunal » n’est peut-être pas le plus positif des noms d’activités, mais vous allez je pense comprendre l’idée dans cet article. En fin d’article 4 exemples concrets.

Le principe
Quelques séances de cours d’affilée sont scénarisées pour représenter un tribunal, avec différents rôles et des étapes codifiées, comme dans un procès.
Quel est l’enjeu du procès ? S’il s’agit de comparer des reprises d’une même oeuvre, c’est de savoir si l’originale a été trahie par les reprises. S’il s’agit de comparer plusieurs oeuvres ayant un lien entre elles (par exemples plusieurs chansons engagées), c’est de déterminer quelle oeuvre sortira gagnante du procès (par exemple la chanson qui est la plus efficace pour faire passer son message).
Les élèves sont donc mis en position de défendre ou d’attaquer les différentes oeuvres musicales.

Les rôles :
Les élèves sont répartis en plusieurs groupes de 3, avec chacun un rôle :
– avocat « défenseur »
– avocat « attaquant »
– greffier
– certains ne font pas partie d’un groupe : un est juge, et quelques autres sont jurés

Un groupe pour défendre chaque version
Chaque groupe d’élèves est chargé de défendre une version.
Les différentes versions sont mises à disposition des élèves pour qu’ils puissent les écouter en autonomie. Elles sont par exemple déposées sur une page de blog, ou sur un padlet, ou encore en donnant des liens Youtube aux élèves. Pour que les élèves puissent les écouter en autonomie, le professeur peut demander aux élèves d’apporter des casques ou des écouteurs, et prévoir des multiprises de casques pour écouter à plusieurs.
Exemple vidéo d’une écoute en autonomie, avec des casques et multiprises de casques.

Etape 1 : la veille du procès
Chaque groupe d’élèves à pour l’instant à sa disposition seulement une seule version de l’oeuvre. Ils doivent écouter cette version, et en faire ressortir les principales caractéristiques et éléments positifs (style, instruments, tempo, originalité, paroles, …)
L’élève qui a le rôle de greffier se charge de plaidoirie de l’avocat défenseur, en lui préparant des notes à l’écrit.

Etape 2 : procès, jour 1
Les avocats défenseurs prennent la parole. La classe peut être aménagée pour faciliter la prise de parole (cercles, disposition de la salle). Un à un, les avocats défenseurs doivent défendre leur version.
Le juge est chargé de distribuer la parole. Lui et les jurés ont le droit de poser des questions ou de relancer les avocats s’ils n’ont pas assez parlé.
Chaque avocat peut demander à n’importe quel moment de sa plaidoirie à faire écouter sa version à la classe entière. Le professeur (ou un élève technicien) peut se charger de la diffusion des extraits sonores.

Etape 3 : soirée après le jour 1
Changement de disposition dans la salle, retour en petits groupes.
Le juge et les jurés délibèrent dans leur coin après cette première journée de procès, pour établir pour l’instant qui selon eux à été convaincant, et quelle version a été bien défendue.
Pendant ce temps, les groupes d’élèves ont maintenant à leur disposition l’ensemble du dossier : ils peuvent écouter toutes les versions.
Leur objectif est maintenant de préparer l’attaque, et donc de trouver des défauts aux versions des autres.
Le greffier prépare la plaidoirie de l’avocat attaquant en lui préparant des arguments par écrit.

Etape 4 : procès, jour 2
La salle est de nouveau mise en configuration tribunal.
Ce sont maintenant les avocats attaquants qui prennent la parole. Ils se parlent entre eux, en attaquant les autres versions
Le juge est toujours le distributeur de parole, et les jurés sont chargés de repérer qui est le plus convaincant, qui parvient à citer le plus d’arguments.

Etape 5 : verdict…
Après une courte délibération, le juge est les jurés donnent leur avis, en indiquant comment et pourquoi ils ont été convaincus.
Ensuite l’enseignant peut faire un debriefing avec les élèves à la fois sur le fond (entendre les « vrais » avis des élèves sur les différentes versions, prendre le temps de revenir sur des avis ou des notions techniques qui auraient été évoquées, ré-écouter une ou plusieurs versions en classe entière, etc.) et sur la forme (leur ressenti par rapport à ce scénario, facilités/difficultés, …).
Le procès peut aussi déboucher sur une activité de pratique musicale : par exemple demander aux élèves de réaliser à leur tour une reprise de l’oeuvre, en s’inspirant des différents arguments entendus.

Les objectifs :
– amener les élèves à analyser finement un extrait, et à en dégager les caractéristiques musicales
– amener les élèves à comparer des versions d’une oeuvre
– avoir recours à un scénario pour permettre à chacun d’être dans l’argumentation et l’esprit critique sans forcément « dévoiler » son propre avis, ce qui peut mettre certains élèves plus à l’aise

Retour d’expérience :
J’ai déjà testé cette activité avec plusieurs classes ; c’est une modalité qui fonctionne souvent très bien et qui permet d’atteindre les objectifs fixés : les élèves écoutent les extraits musicaux, les analysent, formulent des avis, débattent.
Le scénario est assez impliquant, et avec les différents rôles et les étapes successives la plupart des élèves se prennent au jeu et participent à la proposition.
J’ai également eu plusieurs fois l’occasion d’organiser des tribunaux musicaux avec des groupes d’adultes, lors de formations de profs de musique : là aussi, cela fonctionne plutôt bien, et chacun se laisse assez facilement embarquer dans le jeu.
Cela montre qu’on peut utiliser la même modalité avec des personnes de différents niveaux de maîtrise, que ce soit avec des adultes spécialistes ou avec des collégiens en formation. Le rôle de l’enseignant sera différent : avec des élèves, l’enseignant passera souvent dans les groupes pour faire un apport de notions, venir mettre un terme technique sur quelque chose entendu par les élèves, faire préciser un élément entendu, etc.
De plus, les Tribunaux musicaux sont souvent des moments très sympathiques où chacun se laisse entraîner par le scénario, où le rire et le plaisir ne sont jamais loin, ce qui ne gâche rien !

Cliquez-ici pour un article présentant en détail 4 exemples concrets de tribunaux musicaux.

2 réflexions sur “« Tribunal musical », proposition d’activité pour comparer plusieurs oeuvres

  1. Vous êtes le présent et l’avenir de l’Éducation Musicale. Il ne suffit pas d’avoir des idées, encore faut-il trouver l’énergie de les mettre en pratique. Bravo à vous!
    Fred, collègue en Éducation Musicale à la Réunion

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s